Mois : octobre 2012

Fièrement né pour un petit pain

S’il y avait une seule expression qui pouvait résumer l’ampleur de l’anglomanie et du déni de soi qui sévit dans la sphère publique depuis quelques années, ce serait celle-ci. La peur, viscérale, atavique, d’être « né pour un petit pain » teinte le discours de tous ceux qui s’opposent à toute mesure susceptible de mettre un terme au recul de notre langue nationale.

Que ce soit pour s’opposer à la francisation de nos institutions publiques d’éducation supérieure, de nos garderies subventionnées, ou autres, les ennemis du français tiennent toujours sensiblement le même discours : « L’anglais ouvre les portes de l’international et c’est la clef de la réussite. » Invariablement, quand on pousse ces gens dans leurs derniers retranchements en leur rappelant leur responsabilité historique face à leur patrie, ils lèvent les yeux vers le ciel par dépit et rappellent qu’ils ne sont pas « nés pour un petit pain ». Bref, ils veulent faire du cash, du gros cash.

Pourtant, qu’y a-t-il de mal à être « né pour un petit pain » ? Le petit pain, c’est celui du boulanger. C’est celui de l’artisan qui se lève de bonne heure le matin et qui pétrit la pâte de ses mains. C’est celui qui achète son grain chez le fermier voisin. C’est celui qui connaît le nom de ses clients. Celui qui vit une vie honnête, ni riche, ni pauvre, mais pleine. Une vie enracinée.

On dit parfois d’un homme qu’il a besoin à la fois de racines et d’ailes. Depuis des décennies, on s’applique à détruire ces racines. On a d’abord tué Dieu et déserté Ses magnifiques églises, Ses cathédrales qui faisaient notre fierté et qui nous distinguaient sur ce continent. Puis, quand Dieu fut mort et enterré, on a tué notre histoire, nos héros, ces grands découvreurs, ces grands bâtisseurs de notre pays. Enfin, on s’est appliqué à détruire ce qui restait de notre langue. On se suicide d’une manière tellement systématique qu’il est devenu controversé simplement de considérer qu’il y a un « nous » et un « eux ». Ce qui était normal dans l’histoire humaine depuis des millénaires devient aujourd’hui superflu. Nous ne sommes plus que des humains déracinés, cherchant à accumuler des richesses factices en attendant que nos enfants nous placent dans des centres de vieux où nous mourrons dans l’indifférence la plus totale.

Or, nous ne survivrons pas à tout l’argent accumulé du monde. Quand on met la réussite individuelle sur un piédestal, quand on considère comme normal de se faire violence en s’imposant une langue étrangère et de vivre une vie n’ayant comme finalité que d’être en compétition avec un Asiatique de l’autre bout du monde, on vit une vie vide et destinée à l’échec. L’argent, plutôt que de constituer un OUTIL permettant d’acheter des biens permettant de vivre une vie digne, devient l’objectif. Et cet objectif est mortel.

À l’inverse, si on s’enracine, si on vit dans le local, si on refuse cette mondialisation déjà en phase terminale (le pic pétrolier achèvera de la détruire), si on est « né pour un petit pain », on peut atteindre quelque chose que tout l’argent salement gagné du monde ne pourra jamais obtenir : le sens. À défaut d’avoir l’accumulation de capital d’une vie passée à courir et à se lamenter sur le manque de temps, on obtient la seule vraie liberté : celle d’avoir vécu avec honnêteté, mais, surtout, d’avoir vécu en homme libre, un homme auquel on n’a pu rien imposer qu’il n’ait pas lui-même choisi.

Lanza del Vasto, un disciple de Gandhi, disait :

« Pour que le travail même, et non le paiement seul profite à l’homme, il faut que ce soit un travail humain, un travail où l’homme entier soit engagé : son corps, son cœur, son intellect, son goût.

L’artisan qui façonne un objet, le polit, le décore, le vend, l’approprie aux désirs de celui à qui il le destine, accomplit un travail humain. Le paysan, qui donne vie aux champs et fait prospérer le bétail par une œuvre accordée aux saisons, mène à bien une tâche d’homme libre.

Tandis que l’ouvrier enchaîné au travail à la chaîne, qui de seconde en seconde répète le même geste à la vitesse dictée par la machine, s’émiette en un travail sans but pour lui, sans fin, sans goût ni sens. Le temps qu’il y passe est temps perdu, vendu ; il vend non son œuvre, mais le temps de sa vie. Il vend ce qu’un homme libre ne vend pas : sa vie. C’est un esclave. »

L’ouvrier de del Vasto n’est pas seulement enchaîné à une machine physique, mais c’est également le travailleur intellectuel moderne, qui produit des biens en série pour quelqu’un d’autre. Quelle différence, en fin de compte, entre le travailleur plaçant les mêmes pièces de métal sur les mêmes socles pendant huit heures, et celui qui travaille dans une langue étrangère à faire le même travail abrutissant avec sa tête ?

Être « né pour un petit pain », c’est rejeter les mirages de l’enrichissement personnel et de l’abrutissement au service d’autrui comme finalité. C’est faire de sa vie non pas un témoignage de la vacuité de celle-ci, mais plutôt une célébration de son caractère éternel, alors que la vie riche et pleine de sens, enracinée, est féconde de milliers d’autres pendant que celle, mondialisée et anglicisée, ne peut rien produire d’autre qu’un désert où plus rien ne poussera.

Être « né pour un petit pain », c’est affirmer à la face du monde, de ses tyrans et de ceux qui croient que tout s’achète, qu’il y a certaines choses qui ne se vendent pas, qu’ils y a ici des hommes et des femmes qui valent davantage que tout ce qu’ils ont à offrir. C’est planter un drapeau et déclarer à l’humanité qu’ici vit un peuple libre, sur une terre libre, que ce peuple vit dans sa langue, selon ses valeurs, et que ces conditions ne sont pas monnayables ou négociables.

Je suis né pour un petit pain et j’en suis fier.

La vraie résistance

Cet après-midi, je discutais sur Facebook avec un soi-disant résistant. Appelons-le : « Monsieur X ». Je lui demandais quelles étaient ses réalisations permettant qu’on le qualifie de résistant. En clair, il me disait qu’il établissait des liens avec des gens à l’international pour créer un réseau permettant de promouvoir la résistance, notamment par des actions d’éclats. Bref, un faiseux.

Il ne publie pas de textes, ne favorise pas le développement d’un argumentaire, ne tente pas de faire cheminer l’idée nationale et résiliente jusqu’à son terme. Non, non. Ça, c’est un petit combat pour lui. Le vrai combat est « international » (prononcer à l’anglaise). Rien à foutre des batailles contre les anglo-suprématistes de chez nous. Rien à foutre de notre lutte pour en finir avec l’ethnocide contre les francophones en Amérique du Nord. Non, non. Rien à foutre de la défense de notre langue nationale. La résistance doit être « big ». « Oh yeah ! »

Était-ce Einstein qui disait : « La folie consiste à répéter les mêmes choses et à espérer un résultat différent » ? Disons-le franchement : les actions de gens comme ce « Monsieur X » (et ils sont légions) tiennent davantage de la folie que de la résistance. Contre un mondialisme anglicisant, nomade, déracinant, s’appuyant sur l’anonymat d’élites cachées, nous étouffant sous quantité d’informations inutiles et de relations vides, prônant la suprématie du paraître sur l’être, que proposent ces faiseux ? Ils proposent d’utiliser l’anglais, de se délocaliser, de valoriser l’anonymat, de « faire des liens », de faire des coups d’éclat pour les caméras, etc. La maison est en feu et ils veulent qu’on y jette de l’essence.

Ces soi-disant résistants forment la seconde face de la même médaille du mondialisme. Ce sont des résistants autorisés, voire valorisés, car ils ne remettent pas en cause l’ordre réel du monde et ils encouragent, au contraire, une forme de résilience dans le système débile actuel.

Tout comme l’eau éteint le feu, la vraie résistance doit s’opposer aux vices du monde actuel. Contre l’hégémonie de l’anglais, elle doit proposer la valorisation de la langue nationale. Contre le nomadisme, elle doit proposer l’enracinement. Contre l’anonymat, elle doit se présenter à visage découvert. Contre la surdose d’information, elle doit viser la qualité. Contre l’image, elle doit proposer l’être. Contre le multiculturalisme, le cosmopolitisme et le communautarisme, elle doit proposer une plus grande cohérence nationale. Contre le mondial, elle doit proposer le local.

Aussi et surtout : elle doit en finir avec le culte de la transgression. Héritage soixante-huitard malheureux, la fausse-résistance d’aujourd’hui ne peut concevoir son action sans l’action directe de transgression. Elle a l’impression que de violer la loi, de porter des symboles (« Anonymous », « V comme Vendetta », etc.), d’organiser des actions « dans la rue » lui confère une supériorité à la fois sur un système perçu comme statique et sur une masse informe de citoyens abrutis. Elle ne réalise pas qu’elle est elle-même abrutie.

La vraie résistance, aujourd’hui, s’enracine. Ce sont des citoyens qui recommencent à lire leurs classiques québécois. Ce sont des citoyens qui refusent de parler une autre langue que la leur. Ce sont des citoyens qui cultivent un bout de terre, qui nourrissent nos campagnes. Ce sont des citoyens qui redécouvrent notre religion. Ce sont des citoyens qui n’ont pas de coups d’éclats à proposer, pas de liens mondialistes à tisser, mais une véritable résilience, locale, à bâtir.

Nous en avons trop vu de ces parvenus mondialistes, des Céline Dion de la résistance qu’on n’apprécie que parce qu’ils se sont fait voir ailleurs.

Ce dont nous avons besoin, aujourd’hui, ce sont de vrais Québécois refusant de jouer ce jeu. Des Québécois qui choisissent une petite parcelle de notre territoire et qui disent : « Ceci est chez moi. Qui veut ce territoire devra me passer sur le corps ». Nous n’avons pas besoin de héros anonymes tissant d’obscurs liens dans des pays lointains ; nous avons besoin de millions de résistants prêts à refuser tout compromis quant à leurs valeurs.

Le futur appartient au local. Quand bien même les capitalistes mondialistes et les faiseux qui leur sont autant d’idiots utiles tentent de virer le monde à l’envers, l’avenir appartiendra toujours à ceux qui se sont enracinés et qui sont prêts à se battre pour ce petit bout d’univers qu’ils ont appelé « chez moi ».

Le Québec : à genoux devant l’anglais

Dans une lettre publiée dans Le Devoir le 21 septembre dernier, Stephen Jarislowsky pourfendait l’aménagement linguistique du Québec en affirmant que nous étions en train de devenir un « État-ermite » n’étant pas en phase avec ce qui se fait ailleurs. Ces propos relèvent davantage de préjugés que de faits.

D’abord, M. Jarislowsky affirme que la Suisse a quatre langues, mais ce qu’il oublie de signaler, c’est que chaque canton a sa propre langue : il y a quatre cantons unilingues français, quatorze cantons unilingues allemands et un canton unilingue italien. Ainsi, et même si la grande majorité des Suisses ont l’allemand comme langue maternelle, il n’y a pour ainsi dire aucun service public en allemand dans le canton de Vaud ou de Neuchâtel, par exemple.

En fait, et contrairement aux propos de M. Jarislowsky, le Québec ne constitue pas une exception à cause de son aménagement linguistique assurant la préséance de sa langue nationale, mais il constitue plutôt une anomalie parce qu’il est une des rares nations, indépendante ou dans un cadre fédératif, à financer davantage les services de sa minorité que ceux dans la langue nationale. Comme je le démontre dans mon livre « Apartheid universitaire » (Louise Courteau éditrice, 2012), les universités de langue anglaise du Québec reçoivent 29% du financement pour une minorité anglophone historique de moins de 6% de la population. Une telle situation est inédite sur la planète ; partout ailleurs on vise l’intégration à la langue majoritaire.

Les propos de M. Jarislowsky relèvent d’une vieille vision anglocentriste du monde selon laquelle il n’y a pas de salut en-dehors de l’apprentissage de la langue anglaise. Ce n’est rien de nouveau ; on tenait le même discours jusqu’aux années 1960. Selon cette vision du monde, l’Angleterre d’abord, puis les États-Unis maintenant, forment le centre du monde, et il convient d’apprendre leur langue pour atteindre une forme de réussite individuelle, peu importe les conséquences pour la communauté.

Dans un premier temps, cette vision fait abstraction de la différence entre l’apprentissage d’une langue nationale (comme le prône le Parti Québécois) et l’apprentissage d’une langue étrangère, qui doit être utilisée en-dehors de nos frontières. Dans un second temps, elle ne reconnaît pas les changements globaux qui sont en train de se produire et qui sont en train de remettre en question l’hégémonie américaine sur le monde, alors même que de nombreux pays asiatiques délaissent le dollar américain au profit de leurs monnaies nationales et font du mandarin la langue principale de leurs échanges. Le Québec, dans cette situation, fait bien de renforcer son aménagement linguistique et de s’éloigner de l’hégémonie de l’anglais.

Quant au recul du français, il ne constitue pas un mythe, contrairement aux propos de M. Jarislowsky, mais une réalité démontrable et quantifiable. La seule chose qui nous sépare de l’assimilation est notre aménagement linguistique. Celui-ci, loin de faire de nous un « État-ermite », est plus faible que celui de la plupart des autres nations. À nous de cesser d’avoir peur et d’avoir le courage de faire face à ceux propagent des préjugés sans fondement.